LE PIANO SYMPHONIQUE

 

 

Le piano romantique

Au 19ème siècle, certains compositeurs vont chercher à dévoiler la puissance orchestrale du piano. C’est en ce sens que Franz Liszt transcrira les 9 Symphonies de Beethoven pour le piano, ou que Charles-Valentin Alkan composera son « Concerto pour piano seul ».

Beethoven-Liszt : Extrait de la 9ème Symphonie par Cyprien Katsaris

 

Charles-Valentin Alkan : Extrait  du Concerto pour piano seul par John Ogdon

John Ogdon, piano

 

C’est donc en référence à cette tradition que Rachmaninov semble dédier le 1er mouvement de son 3ème Concerto. Ainsi la question qu’il semble poser n’est pas tant de savoir si le piano peut sonner comme un orchestre, mais plutôt de déterminer qui du piano et de l’orchestre est le plus fort ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*